mass effect lost stories
mass effect lost stories
mass effect lost stories
Topsites

Mass Effect : Lost Stories RPG


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 ESPÈCE : Les Butariens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
The Lost Storyteller
Compte Fondateur
Informations
Messages :
91
Date d'inscription :
27/10/2013
Double-comptes :
Aucun
Fichier personnel

Fichier personnel
Faction: Aucune
Métier: Favoriser le destin
Alignement: Neutre strict

MessageSujet: ESPÈCE : Les Butariens   Sam 4 Jan - 22:28


Butariens


Caractéristiques

Gentilé : Butariens/Butariennes.
Type : Espèce Intelligente humanoïde.
Taille : Entre 1m75 et 2m30.
Poids : Entre 75kg et 220kg.

Gouvernement : Hégémonie.
Planète Mère : Khar'shan
Planète(s) colonisées principales : Camala, Adek, Erzsbat, Lorek.

Physique



Espèce humanoïde les butariens se différencient principalement des autres espèces de la galaxie de par leur double pair d’yeux. De plus les butariens se caractérisent par leur taille plutôt grande, 1,90 m pour 110 kilos (en armure) et une force physique proche de celle des turiens.

Les butariens possèdent, comme la plupart des autres espèces, des pigmentations différentes allant du commun brun-rouge foncé au plus rare jaune et noir

Mentalité



Bien que la plupart des gens diraient que la première caractéristique des butariens serait leur côté belliqueux et leur dangerosité, les butariens sont avant tout d’excellents commerçants et businessmen surtout dans les lieux dépourvus de lois, là ou l’art de la négociation est vital. Bien sûr, les butariens sont aussi reconnus pour leur forte attirance pour la violence et particulièrement la piraterie, l’esclavagisme, le trafic de drogue et le terrorisme. Belliqueux et colériques, les butariens pullulent dans les Terminus et peuvent être vu dans tous les réseaux criminels s’y épanouissant.

Le gouvernement butarien, l’Hégémonie, est un gouvernement militaire dictatorial et paranoïaque. Par ailleurs, les citoyens lambda de l’Hégémonie, qui ont l’interdiction de quitter l’espace de l’Hégémonie, sont peu connus du reste de la galaxie, renforçant encore plus la pensée que les butariens sont quasiment tous des criminels.

Histoire


An 2187

L’Hégémonie, gouvernement de l’empire butarien, est alors un empire en pleine déliquescence. Son économie s’écroule suite à multiples sanctions économiques infligées par le conseil pour son soutien à de multiples organisations terroristes et surtout à son soutien pour les seigneurs de guerre ayant attaqué la colonie humaine d’Elysium.  

Mais l’Hégémonie est surtout minée par une multitude de conflits internes allant de la guerre civile généralisée aux courants assassinats. Ainsi lorsque les Moissonneurs attaquèrent Khar’shan et les colonies alentours, l’Hégémonie ne put présenter une défense commune face à l’envahisseur mais seulement une défense désorganisée et mal dirigée. En effet la plupart des officiers de hauts rangs ainsi que la majorité des dirigeants civiles étaient déjà endoctrinés avant même l’invasion.  

Durant la quasi-totalité de la Grande guerre, l’armée de l’Hégémonie peu nombreuse et dispersée ne put rien faire d’autre que de fournir une aide aux centaines de milliers de réfugiés tentant de chercher refuges sur les mondes encore à l’abri des moissonneurs. Mais la résistance butarienne n’en fut pas pour autant inexistante, une grande partie de la flotte survivante se retrouva sous le commandement du plus haut gradé encore en vie, Ka'hairal Balak, et s’allia avec la flotte commandée par l’amiral Hackett. La résistance au sol fut aussi acharnée mais connu de nombreux combats qui eurent raison d’une grande partie de ses membres mais aussi de très nombreux civiles.

An 2187 à l’an 2190

Alors même que Shepard prenait le contrôle des moissonneurs libérant l’ensemble de la galaxie, les butariens connaissaient un nouveau vent d’union nationale. Les états autrefois ennemies étaient désormais unis vers un seul et même but, la survie. Voyant les moissonneurs se replier de leurs planètes, les butariens furent d’abord perplexe puis rapidement soupçonneux. La première décision des survivants fut d’ordonner une alliance entre tous les groupes de la résistance quelques soient leur appartenance politique ou même leur fonction. Tous les butariens du militaire aux esclaves s’unirent et se préparèrent à une nouvelle invasion.

Nouvelle invasion qui n’arriva jamais  les jours laissèrent place aux semaines lorsque les vaisseaux survivants de la bataille pour la Terre revinrent sur Khar’shan. Ka'hairal Balak, nommé général de l’Hégémonie, se présenta alors aux différents chefs de la résistance dans le but d’évaluer le nombre de morts.

Suite aux nombreux bombardements des moissonneurs, une très grande part des terres de la planète est désormais invivable, irradiée ou tout simplement jonchée de débris trop massifs pour être dégagés rapidement. De plus les corps innombrables, abandonnés sur place, menacent les survivants de permettre à des épidémies de décimés des survivants laissaient sans grand moyens médicaux.
Devant les nombreuses menaces et l’ampleur des travaux à réaliser, les différentes factions et états décidèrent d’établir un programme commun de reconstruction, les frontières sont abandonnés et Ka'hairal Balak est nommé représentant de l’Hégémonie, il est ainsi chargé de gérer la reconstruction de Khar’shan et des colonies tout en maintenant la protection des frontières galactiques de l’Hégémonie contre les pirates et contrebandiers. Chose impensable auparavant, des conseillers de tous les états sont choisis pour seconder Balak. Tout aussi exceptionnel, l’Hégémonie produisit un article extranet pour remercier l’Alliance dans la victoire galactique, refusant tout du moins de reconnaitre que sans l’Alliance et les plans du creuset la victoire aurait été impensable.

Trois années durant les butariens se regroupèrent sur Khar’shan, partageant leurs efforts sur la reconstruction et le rapatriement des réfugiés butariens se trouvant dans le secteur de l’Alliance. Puis Balak annonça officiellement le lancement de la première sphère de recolonisation. Le contact, auparavant sporadique, fut repris avec les colonies du Nid du Milan. Camala et Erzsbat furent à nouveau annexé à l’Hégémonie sans résistance des colons, même plutôt avec un fort assentiment des habitants pourtant fortement délaissés durant toutes ces années. Adek devait aussi être officiellement ramené dans le giron de l’Hégémonie mais nul colon n’avait survécu à la Grande Guerre et une colonie morte n’aurait qu’entamé le moral encore au plus bas des citoyens.

An 2190-2192

Le rapatriement des colons dispersés prenant trop de temps, et l’Hégémonie étant doté de trop peu de vaisseaux, surtout trop peu pour délaisser la surveillance des frontières, une entre aide inattendue fut annoncée. En effet l’Hégémonie demanda l’aide de l’Alliance, qui accepta autant pour profiter de l’ouverture peu courante des butariens que pour se débarrasser des  milliers de colons butariens vivant désormais au sein même de ses frontières. L’entre aide fut conjointement mené par un officier de l’Alliance et un général butarien, lui-même ancien réfugié des colonies humaines, Eruz Mathat. Cependant les relations entre les soldats de l’Alliance et ceux de l’Hégémonie restèrent rares et plutôt peu chaleureuses.

Face au besoin constant de main d’œuvre et afin de redorer son image, l’Hégémonie lança simultanément une forte propagande dans les Systèmes Terminus pour attirer d’éventuels colons des planètes indépendantes, mais aussi une surprenante proposition de libération de tous les esclaves décidant de venir vivre dans une colonie butarienne.

Dans le même temps, le commandeur Balak lança de nombreuses réformes donnant encore plus de pouvoir au conseil d’union, étant constitué de membres de tous les états de Khar’shan, et à l’armée centralisant de ce fait le gouvernement, puis profitant d’une forte popularité au sein de la population en mal d’un leadeur, il annonça la seconde sphère de recolonisation, cette fois ci tourné vers la Travée de l’Attique et les systèmes Terminus. Toutefois cette fois-ci la recolonisation est bien plus officielle que réelle, en effet l’Hégémonie n’a absolument pas les moyens de protéger par elle-même ces mondes bien trop distants et dispersés. Lorek fut ainsi recontacté et la colonie accepta de renouer des liens commerciaux avec l’Hégémonie sans toutefois promettre une quelconque soumission à l’autorité.
Désormais Erzsbat fournie la majeure partie de la nourriture de l’Hégémonie, Camala a relancé sa production d’ézo fournissant carburant aux vaisseaux parcourant inlassablement les frontières de l’empire butarien, Khar’shan elle connait une reconstruction extrêmement lente du fait d’une main d’œuvre trop dispersée et d’un manque de financement dû à l’effondrement de l’économie galactique ayant laissé les états aux bons vouloir des fournisseurs privés. Lorek elle reconnait tout juste son appartenance à L’Hégémonie se contentant de quelques échanges commerciaux et diplomatiques.

Les forces militaires de l’Hégémonie sont sans cesse à devoir repousser pirates et contrebandiers voyant en l’Hégémonie un état faible. De plus le refus de rentrer dans le rang et suivre les lois concilliennes fait que l’Hégémonie n’a toujours aucun contact avec le conseil et ne peut donc attendre aucune aide de ses puissants voisins, toutefois les relations avec l’Alliance se sont sensiblement améliorés et l’Hégémonie possède encore une influence conséquente dans les Systèmes Terminus. Désormais l’Hégémonie ne mise plus tout sur la puissance militaire brute mais principalement sur un plan culturel, très largement dominante dans les Systèmes Terminus, et économique en devenant un fournisseur important en ézo pour de nombreux mondes, mercenaires, pirates et seigneurs de guerres des Terminus, principalement dans la partie est des Terminus.


Chronologie


  • De -300 à +1 : Les butariens découvrent les balises prothéennes, seulement les données fortement abîmées par de multiples séismes retardent l’expansion spatiale butarienne.
    Premier contact entre les butariens et le conseil, et cent ans plus tard création de la première ambassade sur la Citadelle.

  • 1785 : Une flotte butarienne bombarde la colonie galarienne de Mannovai déclenchant un tollé général

  • 1913 : L’Hégémonie annexe la colonie asari d’esan la renommant Lorek. Le conflit ne déborde pas les frontières de ce monde

  • 2115 : Les forces de la Citadelle repoussent une invasion butarienne sur le monde d’Enael

  • 2170 : Des esclavagistes butariens attaquent la colonie humaine de Mindoir

  • 2176 : Raid skyllien contre Elysium, les attaquant sont de différentes espèces mais pour la plupart butariens. L’Alliance repousse le raid

  • 2178 : En réponse au Raid skyllien, la flotte de l’Alliance élimine une armée d’esclavagistes de la lune de Torfan.
    L’Hégémonie coupe tout lien avec le conseil, abandonne son ambassade et se réfugie dans son système pour ne plus laisser passer aucunes informations vers l’extérieur. Les butariens sont désormais rarement vus dans l’espace de l’Alliance

  • 2183 : Un terroriste butarien tente de lancer un astéroïde sur la colonie humaine de Terra Nova

  • 2185 : La colonie d’Arathot, dans le système Bahak, est anéantie lorsqu’un astéroïde détruit le relais du système. L’attaque est attribuée à l’Alliance.

  • 2187 : la Grande Guerre frappe Khar’shan et les colonies de l’Hégémonie

  • 2188 : Nouvelle constitution, Ka’hairal Balak est nommé dirigeant unique de l’Hégémonie, instaurant une dictature militaire encore plus centralisée.

    Planètes


    Capitale planétaire : New Bataria
    Radius : 5,222 km
    Population : 639 millions

    « Planète natale des Butariens, Khar'shan a subit le plus gros assaut de toute l'invasion moissonneur et une grande partie du monde est désormais vitrifiée par les bombardements moissonneurs rendant ces terres arides et impossible à cultiver pour de nombreuses générations. De plus la quasi totalité des villes ne sont plus que d'immenses ruines ou reposent leurs anciens habitants.
    Les nouveaux centres de population se concentre sur quelques villes réaménagées et les rares plaines encore fertiles. »



    Grades


    Grades de l’Hégémonie

    L’Hégémonie diffère énormément de l’Alliance de par son système de caste militaire fermé et très stricte. La chaîne de commandement est par contre plus complexe et ne respecte pas une pyramide hiérarchique stricte.
    Contrairement à l’Alliance qui ne représente que l’union humaine pour la conquête galactique, l’Hégémonie possède deux armées distinctes, une « terrestre » et une spatiale.
    Armée des forces de défense spatial

    •  ÉQUIPAGE.

    NB : Les hommes d’équipage sont assignés à un vaisseau pour la durée d’une carrière et un transfert est plus souvent dû à une punition qu’à une promotion est les plus vieux membres d’équipage sont souvent de fins connaisseurs de leur vaisseau.

    ///Hommes du rang///
    Recrue : Il s’agit d’un butarien ayant uniquement suivit un entrainement théorique et en simulation, il connait le vaisseau sans réellement comprendre la réalité des missions spatiales.

    Matelot : Lorsqu’une recrue participe à sa première mission de combat et qu’il y survit alors il gagne le droit de se faire appeler matelot.

    Quartier-maître : Un matelot particulièrement compétent sera vite promu à ce poste qui, s’il ne fait pas partie des sous-officiers, lui assure d’être obéit par tous les matelots et recrues du vaisseau, il est la voix et les oreilles de ses supérieurs.

    •  CORPS DES SOUS-OFFICIERS.

    NB : Tous les sous-officiers sont des cadres. Ils ont, à la base, une spécialité propre à l'usage dans un vaisseau de guerre. Cela concerne leur affectation, leur rôle et leur fonction par rapport à la spécialité dans laquelle ils ont été formés. En parallèle, ils peuvent tous avoir un rôle d'encadrement vis à vis des hommes d'équipage.

    ///Sous-officiers subalternes///
    Sergent : Le sous-officier de base. Dirige un groupe de dix personnes (soit deux équipes, chacune commandée par un QM2 ou QM1). Il est le premier lien entre les hommes d'équipages et le chef de section.

    Sergent-chef : Il est le plus souvent responsable de la formation quotidienne et de l'encadrement général des hommes d'équipage de la section.

    ///Sous-officiers supérieurs///
    Adjudant : Premier grade des sous-officiers supérieurs, il peut leur être confiés une section (~15 chasseurs) sur le vaisseau en tant que chef de section, si un Lieutenant n'occupe pas cette place.

    Major : Grade ultime des sous-officiers. Ce sont le plus souvent des sous-officiers méritants qui occupent une place d'officier par intérim. Leur vocation n'est pas l'encadrement des hommes du rang mais bien du commandement général d’une unité (unité : ~45 chasseurs). Il assiste le commandant d'unité dans ses décisions. Sur le terrain, ils peuvent, en fonction de leur spécialité, être amenés à jouer un rôle de combattant spécialisé.

    •  CORPS DES OFFICIERS.

    ///Officiers subalternes///
    Enseigne : Premier grade des officiers subalternes. Dans leurs premiers temps de promotion, les Enseignes n'occupent aucun poste à commandement, mais assistent la chaîne de commandement du vaisseau affecté. Pour monter au grade de Sous-lieutenant, les enseignes doivent avoir l’approbation des officiers qu’ils ont assistés, sans cela l’enseigne redevient Major et ne peut plus monter en grade sauf cas de transfert.

    Sous-Lieutenant : Second grade des officiers subalternes. Ils assurent le plus souvent la logistique de l'unité, ou bien la formation dans des domaines très spécialisés des sous-officiers.

    Lieutenant : Troisième grade des officiers subalternes. Ils sont le plus souvent chef de section, suppléés par leurs sous-officiers affectés. C'est le premier véritable grade de commandement. Sur le vaisseau, ils dirigent les grandes lignes de leurs sections, qui sont répercutées par les sous-officiers menant les chasseurs par groupes. (1 Section = 3 groupes; 1 groupe = 5 chasseurs) Ils peuvent aussi être aux commandes d'un vaisseau de petite taille (jusqu'à 40 hommes d'équipage).

    Lieutenant-Commandant : Dernier grade des officiers subalternes. Ils sont le plus souvent à la tête d'une unité de chasseurs (~45 vaisseaux) en tant que commandant d'unité ou bien officier en second d'un commandant d'unité. Ils peuvent donc être sans problèmes à la tête d'un vaisseau d'une taille plus importante (Corvette). Ils sont chargés de veiller au bon fonctionnement de leur unité et au respect des consignes en période de combat.

    ///Officiers supérieurs///
    Commandant : Premier échelon du corps des officiers supérieurs, ils sont au minimum à la tête d'une frégate, ou bien occupant un poste à haute responsabilité à bord d'un navire plus imposant. Lorsqu'ils sont à bord d'un imposant navire à haute capacité, ils dirigent (ou sont commandant en second) de deux à trois unités.

    Capitaine : Plus haute responsabilité des officiers supérieurs, ils sont à la tête d'un vaisseau à haute ou très haute capacité. Ils font le relais entre les hautes instances de l’Hégémonie et le reste.

    •  CORPS DES AMIRAUX.

    NB : Tous les amiraux ont des rôles distincts et sont affiliés à un ministère de l’Hégémonie en particulier, rarement à deux. Les amiraux ont tous une formation militaire mais sont aussi des membres du corps politique de l’Hégémonie.

    Vice-Amiral : Les vices amiraux d’une flotte sont au nombre de quatre, chacun ayant la direction d’une partie de la flotte (flanc droit, gauche, l’arrière et l’avant). Les vices amiraux sont censés conseiller l’amiral et peuvent agir en total autonomie si le vaisseau amiral devait être détruit. Chaque vice-amiral en devient dès lors amiral et la flotte se sépare en quatre flottes totalement indépendantes.

    Amiral : Dirige une flotte de taille variable. Il est l'unique représentant et chef organisationnel et responsable d'une Flotte, qu'il délègue par parts à ses pairs afin de pouvoir commander au mieux.

    Commodore : Plus haut rang de l’armée des forces de défense spatiale, le poste de commodore n’est attribué qu’à un seul et unique amiral qui est alors le représentant officiel de l’armée de l’Hégémonie, le commodore prend le pas sur tous les amiraux et est nommé dirigeant suprême des flottes lors d’une guerre ou lors d’une grave crise interne. Le commodore est un des plus puissants membres du gouvernement de l’Hégémonie.

    Important :

    1) Les flottes de l’Hégémonie ne sont pas du tout comparables avec celles d’avant-guerre. L’ensemble de la flotte de l’armée des forces de défense spatiale correspond à une seule flotte d’avant-guerre qui s’est scindé en trois flottes pour mieux couvrir l’ensemble de son territoire.

    2) l’armée des forces de défense spatiale peut être divisée en trois catégories suivant l’affiliation d’un amiral sous un ministère.

    La flotte du ministère de la défense : la flotte est composé uniquement de vaisseaux de combats et patrouille l’ensemble du territoire pour débusquer pirates et contrebandiers
    La flotte du ministère de la propagande : la flotte est composée uniquement de vaisseaux civils reconfigurés pour la guerre, ou alors de très rares vaisseaux furtifs bien en dessous des standards concilliens. Son rôle est de trouver les bases pirates, de surveiller les frontières et parfois d’opérer au-delà de l’espace butarien.

    La flotte du ministère de l’intérieur : Composé de quelques vaisseaux militaires et principalement de vaisseaux de transports réaménagés en vaisseaux de guerre, la flotte est chargé de veiller à la protection des frets commerciaux et à la découverte de nouvelles zones de minage.
    Armée des forces de défense

    •  AGENTS DE TERRAIN

    NB : Les hommes d’équipage sont assignés à un vaisseau pour la durée d’une carrière et un transfert est plus souvent dû à une punition qu’à une promotion est les plus vieux membres d’équipage sont souvent de fins connaisseurs de leur vaisseau.

    ///Hommes du rang///
    Recrue : Il s’agit d’un butarien ayant uniquement suivit un entrainement théorique et en simulation, il connait  les tactiques et la hiérarchie mais n’a aucune expérience de la réalité du terrain.

    Soldat : Lorsqu’une recrue participe à sa première mission de combat et qu’il y survit alors il gagne le droit de se faire appeler soldat.
    •  CORPS DES SOUS-OFFICIERS.

    ///Sous-officiers subalternes///
    Sergent : Il dirige un groupe de neuf soldats au combat comme à l’extérieur, le sergent est chargé de la cohésion de son escouade et de rapporter les problèmes à la chaîne hiérarchiques lorsqu’ils débordent sur les capacités.

    Sergent-chef : Il est le plus souvent responsable de la formation quotidienne et de l'encadrement général des hommes d'équipage de la section.

    ///Sous-officiers supérieurs///
    Sergent-Major : Il est le second du major et s’occupe de la cohésion entre les sergents et le major, il doit assurer l’ordre entre les différentes escouades et transmettre les problèmes graves de manquement à l’ordre aux agents du ministère de la propagande

    Major : Le major dirige une section ( 1 section = 5 escouades ), il est chargé de transmettre les ordres de ses supérieurs et de s’assurer qu’ils soient bien exécutés.

    •  CORPS DES OFFICIERS.

    ///Officiers subalternes///
    Lieutenant : les lieutenants sont les porte-parole du commandant et sont chargés de transmettre les ordres à tous les majors. Les lieutenants ont aussi pour vocation de remplacer les majors en cas de décès, ils assurent la liaison entre le ministère de la défense et celui de la propagande. Ils obéissent à la fois au commandant et aux commissaires de la justice patriote.

    Lieutenant-Commandant : grade uniquement donné aux officiers des forces mobiles et tactiques, ou compagnies de chars, et remplacent les traditionnels lieutenants, ils ont préséance dans la chaine hiérarchique par rapport à leurs homologues au sol et prennent en main le commandement lors du transport des forces terrestres. En cas de séparation les deux chaînes hiérarchiques se séparent et n’influent plus entre elles.

    ///Officiers supérieurs///
    Commandant : Les commandants sont la base du sommet hiérarchique du ministère de la défense, ils dirigent la totalité d’une compagnie ( 1 compagnie = 10 sections )

    •  CORPS DES GENERAUX

    Général : Très peu nombreux, les généraux sont en réalité un double grade de certains haut dignitaires butariens. Tous les généraux sont ministres et peu de ministres sont généraux. Au nombre de trois, ministre de la défense, ministre de la justice et ministre de l’intérieur. Les généraux sont les meilleurs stratèges de l’Hégémonie et ont connu de nombreuses batailles. Désormais ils sont plus tournés vers la gestion du pays et n’agissent que rarement, mais en cas de besoin, les généraux peuvent prendre le commandement de plusieurs compagnies, principalement en cas de guerre généralisée.

    Seigneur commandeur : rang très rarement utilisé dans l’histoire butarienne, le poste de seigneur commandeur est attribué aux plus grands généraux de l’histoire et à ceux qui ont réussi l’exploit d’une victoire impossible. Le rang n’ayant pas été attribué depuis l’an 1913, Ka'hairal Balak est seulement le cinquième seigneur commandant de l’histoire butarienne et le premier à survivre à sa promotion. Désormais le rang est synonyme de toute puissance et représente le plus haut poste de l’Hégémonie, celui de dirigeant suprême.

    •  CORPS DES COMMISSAIRES

    Commissaire : ils agissent en lien avec les majors et sont officiellement leurs supérieurs même s’ils leur laissent la plupart du temps le commandement sans interférer. Ils sont chargés de redonner le moral aux troupes lors de combats, à chanter des hymnes de l’Hégémonie pendant les affrontements, à noter les morts de chaque soldat et récupérer leurs plaques. Les commissaires sont très appréciés des troupes et servent souvent de confesseurs aux soldats.

    Commissaire à la justice patriote : Ils sont les supérieurs des commissaires et sont autant craints que détestés. Ils sont chargés de la justice au sein de l’armée et peuvent décider d’abattre quiconque est accusé de contrevenir à l’ordre de l’Hégémonie. Les commissaire à la justice sont en lien avec les lieutenants et dépendent des commandants.

    Justicar : Ils sont les représentants directs du ministère de la propagande et ne doivent l’obéissance qu’aux généraux, ils travaillent de pair avec les commandants et veillent à ce que les officiers n’outrepassent pas leur pouvoir envers les commissaires. Ils sont chargés de la justice à l’encontre des officiers.

    Seigneur Justicar : équivalent d’un général, le Seigneur Justicar est le ministre de la propagande, il est l’équivalent du Premier Ministre humain et n’est sous la juridiction que du seul Seigneur Commandeur. Il agit de manière autonome et a pour but la surveillance du fonctionnement de l’armée




  • Revenir en haut Aller en bas
    http://me-loststories.forumactif.com
     

    ESPÈCE : Les Butariens

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

     Sujets similaires

    -
    » Description des races
    » Peut-on Esperer Un Changement En Haiti ????
    » [Validée]"Gyoukuji Tsukyo" Hime Kazuki.
    » La santé au cours de l'Histoire : Révélations inattendues
    » Peut-on espérer la réduction

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Mass Effect : Lost Stories RPG :: Codex :: Les Espèces-