mass effect lost stories
mass effect lost stories
mass effect lost stories
Topsites

Mass Effect : Lost Stories RPG


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 CODEX : Les Vaisseaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
The Lost Storyteller
Compte Fondateur
Informations
Messages :
91
Date d'inscription :
27/10/2013
Double-comptes :
Aucun
Fichier personnel

Fichier personnel
Faction: Aucune
Métier: Favoriser le destin
Alignement: Neutre strict

MessageSujet: CODEX : Les Vaisseaux   Sam 4 Jan - 22:37


Les Vaisseaux

Introduction

La galaxie, étendue vaste et mystérieuse. Qui n'a jamais voulu s'y aventurer un jour ? A l'heure où tout paraît possible, les vaisseaux est l'outil essentiel pour se déplacer dans l'espace et trouver sa place dans cette immensité.

Comme toute chose, les vaisseaux ne sont pas uniques. Il en existe une myriade de diverses tailles et classes. Du plus petit vaisseau civil au cuirassé d'escadre, les vaisseaux sont multiples et ont des fonctions bien spécifiques. Un cargo transporte de la marchandise sans toutefois être armé. Idem, un Croiseur sera plus un vaisseau de défense, et un Destroyer un vaisseau d'offensive.  

Ici, vous trouverez donc un guide expliquant et différenciant les classes et types de vaisseaux existantes ainsi qu'un répertoire classant les vaisseaux répertoriés dans l'univers de Mass Effect : Lost Stories.

Ceux-ci s'organisent en trois classes :
- Légère, où l'on trouve le chasseur et la navette .
- Moyenne, où l'on retrouve le cargo, la corvette ainsi que la frégate.
- Lourde, où l'on retrouve le destroyer, le Porte-Chasseur, le Croiseur ainsi que le Cuirassé.

Le chasseur

Le Chasseur évoque le plus souvent une classe de taille ainsi qu'un type de vaisseau bien précis. Rapides et légers, ces types de véhicules volants ont plusieurs utilisations. Ils peuvent transporter un nombre restreints de passagers, un à quatre tout au plus.

Ils ont une petite autonomie et sont généralement faits pour des voyages rapprochés sur les planètes ou durant une bataille, devant être immédiatement réapprovisionnés par la suite. Ils ne peuvent utiliser le saut hyper spatial ni les relais cosmodésique.

Leur armement de base est globalement léger comparé aux frégates de ligne, leur permettant surtout de se défendre contre d'autres chasseurs. Après, il est évident que l'armement ajouté renforce considérablement sa force de frappe.

  • TAXI OU TRANSPORT PERSONNEL
    - Longueur : 6 mètres
    - Hauteur : 1,50 mètre
    - Envergure : 3 mètres
    - Autonomie : 12h de vol
    - Places : 1 à 4 places.
    - Options : Ajout de mitrailleuses

    Ce petit vaisseau fabriqué en chaîne est la base du vaisseau planétaire. Très pratique de part sa taille et sa maniabilité, le transport personnel est sans aucun doute le vaisseau le plus répandu dans la galaxie. Il est l'équivalent de la voiture du XXIe siècle.


  • CHASSEUR DE CLASSE F-61 Trident

    - Dimensions : 8m (Lo) - 2m (H) - 6m (Env)
    - Autonomie : 15h de vol
    - Places : 1 place.
    - Options : Aucune.

    Le Chasseur est le vaisseau spatial de guerre basique. Petit, léger, rapide, il est polyvalent est très utile dans les batailles spatiales. Son autonomie relative lui permet de tenir longtemps en vol, évitant ainsi de mettre en danger son porte chasseur ou le vaisseau auquel il est rattaché. Sa puissance de tir pouvant être modulable, il peut être spécialisé dans n'importe quel type de frappe : offensive, défensive, paralysante notamment. Son blindage reste satisfaisant, bien qu'il reste négligé pour privilégier la rapidité et l'efficacité d'attaque de l'appareil. Il existe très peu de chasseurs furtifs, les seuls à en posséder étant les gouvernements ou les riches propriétaires voulant assurer leur sécurité de manière très forte.

    Le Trident fut le premier modèle de chasseur humain viable dans les longues batailles a avoir été construit. Fort de cet exploit, l'Humanité en construisit plusieurs centaines afin qu'ils soient le fleuron de la défense de ses flottes. Malgré sa manœuvrabilité qui n'est pas à la portée de tout le monde, le Trident est un excellent chasseur, et bon nombre d'entre eux équipent encore les portes-chasseurs, la Guerre contre les Moissonneurs ayant fait ressortir les anciens modèles à la retraite dans le service actif afin de combler les lacunes d'effectif.

  • CHASSEUR DE CLASSE SX
    - Longueur : 7 mètres
    - Hauteur : 2 mètres
    - Envergure : 4 mètres
    - Autonomie : 18h de vol
    - Places : 1 à 2 places.
    - Options : Armement + lourd (4 missiles) / mitrailleuses + puissantes

    Le Chasseur SX est en quelque sorte la seconde génération de chasseurs viables qui succède aux Trident. Beaucoup plus manœuvrable, plus rapide et modulable que le Trident, le chasseur SX a supplanté progressivement son prédécesseur à bord des porte-chasseurs. Néanmoins, avec la Guerre des Moissonneurs qui s'est profilée, la plupart de l'effectif des SX appareillés a gravement diminué. On le retrouve donc principalement dans les académies militaire aérospatiales pour faciliter l'entraînement des nouvelles recrues et affectés à la défense planétaire.

  • CHASSEUR LOURD DE CLASSE SHX

    - Dimensions : 8m (Lo) - 2,5m (H) - 5m (Env)
    - Autonomie : 20h de vol
    - Places : 1 place.

    Ce modèle de chasseur humain est différent. Basé sur un modèle de Cerberus, l'Alliance l'a réadapté pour répondre à des besoins spécifiques, à de plans de batailles plus offensifs et s'appuyant principalement sur des chasseurs. Il possède des mitrailleuses plus puissantes et un armement plus conséquent que le chasseur léger.

  • CHASSEUR TURIEN

    - Dimensions : 6m (Lo) - 4m (H) - 3m (Env)
    - Autonomie : 24h de vol
    - Places : 1 à 2 places.

    Le chasseur Turien est le chasseur par excellence. Avec leurs siècles de spécialisation dans le développement d'armes de guerre, les Turiens ont pu mettre au point ce chasseur très maniable malgré ce que laisserait penser sa forme. Il possède l'une des plus grandes autonomies des chasseurs de la galaxie. Sa conception allie puissance de feu modérée et rapidité.

  • CHASSEUR VORTCHA

    - Dimensions : 6m (Lo) - 2,3m (H) - 4m (Env)
    - Autonomie : 14h de vol
    - Places : 1 à 2 places.

    Très peu reconnus dans la galaxie, les Vortchas dotés d'un sens civilisé ont été employés durant la Guerre contre les Moissonneurs pour piloter certains chasseurs sous l'escadron des Diables du Vide. A l'heure actuelle, cet escadron sert toujours et leur modèle de chasseur, alliage de la connaissance asari et humaine, s'est répandu dans le collectif Vortcha civilisé. Il est rapide, mais offre une puissance de feu relative, inférieure à celle des appareils d'autres espèces.

  • CHASSEUR GETH

    - Dimensions : 12m (Lo) - 5m (H) - 1,6m (Env)
    - Autonomie : 20h de vol
    - Places : 1 à 4 places.

    Son design très fin en fait une cible très difficile à abattre, rendant les combat contre les Geths des plus ardus. Les Quariens ont durant de nombreuses années souffert face à ces prédateurs très rapide et manœuvrables en comparaison de leur haute taille. Leur faiblesse réside sans doute là, mais pour en profiter, faut-il déjà échapper à ses tirs. Ils furent un atout de poids contre les modules de chasse moissonneurs, et contrairement à ce que l'on pourrait penser, leur effectif a été grandement diminué.

    La Navette

    Outil de prédilection par la majorité des espèces comme le transport de troupes par excellence, la navette permet l'arrivée de renforts au front ou un repli stratégique rapides.

    La navette est aussi un vaisseau très modulable. Tout dépend de son rôle au sein d'une organisation ou de son affectation sur le champs de bataille, mais également de sa conception. La navette est capable de faire un saut hyper spatial, néanmoins sur de moins grandes distances qu'une frégate ou tout autre vaisseau de plus grande envergure. Elles ne peuvent, comme à l'instar des chasseurs utiliser les relais cosmodésiques.

    Bien que chaque espèce possède son propre type de navette, une sorte s'est démarquée au cours de la Guerre contre les Moissonneurs : l'UT-47 KODIAK, modèle développé par l'Alliance. Polyvalent et étant adapté pour accueillir la plupart des espèces, cette navette a servi sur tous les théâtres de guerre.

  • NAVETTE UT-47 KODIAK
    - Longueur : 4,5 mètres
    - Hauteur : 2,2 mètres
    - Envergure : 1,8 mètres
    - Autonomie : 38h (varie selon la configuration)
    - Places : 12 à 14 places (Pilote et co-pilote inclus).
    - Options : Ajout de mitrailleuses ou d'une tourelle dans la soute ; I.V. de combat ; Système furtif, boucliers cinétiques ; Double canons à l'avant.

    Surnommé le "cafard de combat" en raison de son apparence et de sa robustesse, L'UT-47 Kodiak est un atout précieux pour les armées de l'Alliance et pour tout ceux qui l'utilisent à des transports réguliers entre deux destinations planétaires, voire entre deux systèmes stellaires.

    Testé en outre dans toutes les situations extrêmes (vide cosmique, pression sous-marine, acide de Vénus...), on ne connait presque aucune limite pour le Kodiak, puisqu'il peut résister à des températures allant du zéro absolu jusqu'à 900 degrés celcius. Hormis son autonomie, son seul point faible reste sa conception de propulsion. Utilisant la technologie Anti-grav, cela lui permet de voler sans grand effort, n'utilisant alors pour se diriger que de petits propulseurs. Or, s'il venait à ce que son coeur d'élément zéro soit fragilisé ou saboté, le Kodiak tomberait sans que son pilote puisse faire quelque chose, et assurerait la mort de l'équipage.

    Le Kodiak dans sa configuration standard privilégie l'aspect défensif qu'offensif, mais il est possible de l'aménager à son gré, moyennant finance. Il est très utile pour garder une discrétion optimale.


    Le Cargo

    Qui dit vaisseau cargo, dit vaisseau à grande capacité de transport. En effet, le but de ce type de vaisseau est de transporter une marchandise ou une cargaison bien spécifique d'un point à un autre de la galaxie. Cela peut-être entre deux planètes voisines, mais le plus souvent, il est utilisé pour transporter quelque chose entre deux systèmes très éloignés l'un de l'autre.

    Il permet ainsi l'échange de ressources nécessaire au fonctionnement d'une colonie ou d'une station qui n'ont pas elles les ressources à disposition. D'ailleurs, le vaisseau cargo n'entre que très rarement en atmosphère, sa masse imposante lui demandant une consommation de carburant considérable pour ensuite s'arracher à la gravité de la planète. Il est préférable transférer son chargement sur une station orbitale, qui se chargera ensuite de distribuer le chargement en point stratégique sur la planète, ou de vous transmettre la marchandise à transporter.

    Prévu pour les voyages de longue durée, le vaisseau cargo a donc une grande autonomie. Une fois dans l'espace, une poussée initiale permet d'atteindre une vitesse de croisière qui évite de consommer énormément de carburant, celui-ci étant fait pour traverser le vide cosmique entre les systèmes. Par mesure de précaution, on évite de dépasser un mois de transport dans l'espace pour le bien être des passagers. Ce type de vaisseau ne dépasse que rarement un seul pont, deux étant son maximum selon sa configuration.

    Le Cargo peut utiliser les relais cosmodésiques et le saut hyper spatial, mais ce n'est pas sa fonction première, celle étant de traverser les systèmes de manière conventionnelle. Son générateur d'élément zéro, étant basique, n'est pas fait pour faire des sauts réguliers, et il faut généralement attendre plusieurs jours avant de pouvoir repasser en hyper espace.

  • CARGO DE CLASSE KOWLOON
    - Dimensions : 76m (Lo) - 8m (H); Queue, 26m - 28m (Env)
    - Autonomie : 1 mois dans l'espace
    - Cap. de la calle : 1152 t ou 1584 m3
    - Equipage min. : 1 pilote et 1 co-pilote, 1 ingénieur, 6 passagers, 2 soldats affectés à la sécurité. (total = 11)
    - Equipage max. : 1 pilote et 1 co-pilote, 1 ingénieur, 15 passagers et 5 soldats affectés à la sécurité. (total = 23)
    - Options : Nombreuses. Intérieur modulable au gré du propriétaire.

    Robuste, ce cargo construit par les humains est d'ailleurs quasiment le seul utilisé par ces derniers, du fait de son entière modularité. En effet, chaque module qui le constitue sont aménageables aux désirs de chacun. Ces modules, faisant 24 mètres de longueur pour 12 de large, peuvent autant accueillir des passagers supplémentaires que se spécialiser en module pour la science, la recherche, le stockage d'objets précieux ou de denrées sensibles.

    Seule la soute fait communiquer deux modules de manière à optimiser la place et à posséder ainsi une grande capacité de stockage. Son long cockpit contient la plupart des systèmes du vaisseau. Une partie des deux modules arrières sont toujours occupés par la salle des machines. Le module qui ne sert pas de sas d'arrimage est un prolongement de celle-ci, communiquant ainsi avec la salle des machines et offrant un espace de travail confortable pour l'ingénieur.

    Il n'est pas destiné à recevoir d'armement, ce qui facilite la vie des pirates pour l'aborder. Néanmoins, il n'est pas rare que ces vaisseaux transportent des soldats ou mercenaires armés pour assurer la sécurité de la marchandise et repousser les éventuels pirates.

    La Corvette

    Après la guerre, le monde était en reconstruction. Bien que les Humains ait eu un coup de pouce de la part des Moissonneurs, le travail était titanesque. Vu que les forces spatiales avaient subi un sérieux coup dans ses rangs, et qu'ils avaient besoin de forces le plus vite possible, les Humains eurent l'idée de développer un nouveau type de vaisseau, moins cher qu'une frégate, afin de garder le contrôle de ses systèmes cruciaux. C'est ainsi que les Corvettes virent le jour, les Turiens suivant leur exemple. Elle est strictement militaire, même si certains vaisseaux civils avoisinent sa taille.

    Plus petit qu'une frégate et un peu moins rapide, son armement reste conséquent. Sa taille variant de 75 à 110 mètres, la Corvette est un bon compromis pour remplir des missions de surveillance, d'escorte, d'interception et de sauvetage. Vaut mieux pour elle néanmoins de ne pas engager un combat seul contre des forces en nombre. Elle peut tenir face à plusieurs chasseurs et deux frégates par exemple, mais durant un temps limité.

    De par sa taille, la Corvette n'a que trois ponts, se résumant à une passerelle où l'on trouve aussi la cabine du capitaine, un pont d'espace de vie pour l'équipage et un hangar adaptable selon les besoins de mission de la corvette.

    Enfin, la Corvette peut passer en hyperespace grâce à ses moteurs supraluminiques (SLM), et d'utiliser les Relais Cosmodésiques. Son autonomie moyenne permet de rester en mission assez longtemps pour assurer une certaine sécurité sur le long terme ou d'assurer de longs voyages agréables sans escale, malgré son besoin d'être ravitaillé toutes les trois semaines.

  • CORVETTE DE CLASSE SRC
    - Dimensions : 110m (Lo) - 12m (H) - 20m (Env)
    - Autonomie : 2 à 3 semaines dans l'espace
    - Equipage min. : 1 pilote, 10 membres d'équipage, 5 soldats assignés à la sécurité et trois à l'intervention au (total = 19)
    - Equipage max. : 1 pilote et 1 co-pilote, 20 membres d'équipage, 10 soldats assignés à la sécurité et 4 à l'intervention au sol. (total = 36)
    - Cap. du hangar : 1 navette et 1 mako / 2 chasseurs
    - Options : Aménagement du hangar modulable

    Cette Corvette a réutilisé l'allure du Normandy SR-1 comme base de châssis et de production, tout en réduisant légèrement ses dimensions. Ainsi, la Corvette SRC ne fût pas longue à réaliser. Son intérieur diffère néanmoins du Normandy. Devant répondre aux nouvelles normes d'armement, de propulsion et aux missions bien différentes de la reconnaissance, les Corvettes ne sont pas équipés de système furtif. Les constructeurs se sont concentrés surtout sur la capacité d'emport de d'autres unités d'appui pour que les équipes de la corvette puissent agir rapidement, dans n'importe quelle situation ou presque.

    La Corvette n'est pas équipé de Canon Thanix, trop encombrant pour le gabarit du vaisseau et gâchant trop de place. C'est pour cette raison que les canons latéraux ont été préférés, et composent l'armement principal du vaisseau. Quelques autres canons secondaires ont été installés sous la passerelle pour assurer une cadence de tir continue et soutenue. Un système GARDIA assure la défense de la Corvette au combat rapproché.

  • CORVETTES DE LIGNE
    - Dimensions : De 75m à 100m(Lo) - 9m (H) - 14m (Env)
    - Autonomie : 2 à 3 semaines dans l'espace
    - Equipage min. : 1 pilote, 6 membres d'équipage, 5 soldats assignés à la sécurité (total = 12)
    - Equipage max. : 1 pilote et 1 co-pilote, 14 membres d'équipage, 10 soldats assignés à la sécurité (total = 26)
    - Cap. du pont de transport : 20 à 36 personnes
    - Options : Aménagement du pont de transport modulable

    Bien entendu, même si l'armée n'était pas encore dotée de corvette, les sociétés civiles de transport utilisaient quelques modèles, légèrement plus petits, pour transporter le plus de monde à moindre coût. Ayant toutes un design différent, il est impossible d'en donner tout l'éventail ici.

    De par ses moindres besoins, le réacteur SLM est beaucoup moins important que dans les vaisseaux militaires. La corvette possède bien quelques armements mais là aussi ces derniers sont en plus petit nombre que sur un vaisseau de guerre. Tout cet espace libéré a permis de posséder, par rapport à sa taille modeste, une capacité d'accueil relativement important. Trois capsules de sauvetage à six place se situent de chaque côté de la corvette, permettant ainsi une évacuation rapide des civils en cas d'attaque. L'équipage a quelques modules à sa disposition sur la passerelle. Si jamais certains de ces capsules ne peuvent être lancées, deux navettes UT-47 sont prêtes au lancement dans la soute.

    Evidemment, nombre d'entre elles sont tombées aux mains de pirates qui ont trouvé dans ce type de vaisseau un équilibre entre la vitesse et la discrétion. C'est le vaisseau qu'ils utilisent le plus fréquemment après l'avoir modifiés selon leurs goûts et leurs besoins.

    La Frégate

    Plus grande, plus rapide et plus puissante qu'une corvette, la Frégate est le parfait équilibre entre puissance de feu et furtivité, rapidité et robustesse. Mesurant entre 150 et 270 mètres, c'est un standard utilisé dans quasiment toutes les armées de toutes les espèces, la Frégate est le meilleur appui des bâtiments plus lourds en dehors des chasseurs.

    Généralement utilisées pour des interventions rapides dans les zones stellaires afin de ne pas mobiliser une flotte complète ou un cuirassé, plus longs à appareiller, les frégates se retrouvent souvent sur les terrains névralgiques.

    Les Frégates comportent généralement cinq ponts. Quelques exceptions peuvent aller jusqu'à sept. On a donc une passerelle, un pont pour la cabine du capitaine et celles de ses seconds selon la configuration, le pont de vie de l'équipage avec la salle des armes principales, bien que ces derniers peuvent être situés sur deux ponts différents, un pont pour tout ce qui est salle des machines et entrepôt, ainsi qu'un hangar plus ou moins grand selon la configuration de ce dernier.

    La Frégate peut évidemment passer en hyperespace grâce à ses moteurs supraluminiques (SLM), et d'utiliser les Relais Cosmodésiques. Son autonomie moyenne permet de rester en mission deux fois plus longtemps qu'une corvette.

  • FREGATE DE CLASSE NS
    - Dimensions : 216m (Lo) - 35m (H) - 95m (Env)
    - Autonomie : 1 mois et 2 semaines dans l'espace.
    - Equipage min. : 1 pilote, 20 membres d'équipage, 8 soldats affectés à la sécurité, 3 soldats d'intervention au sol. (total = 23)
    - Equipage max. :  1 pilote, 1 navigateur, 1 co-pilote, 45 membres d'équipage, 10 soldats affectés à la sécurité, sept soldats d'intervention au sol. (total = 23)
    - Cap. du hangar : 4 Navettes Kodiak, 1 Mako.
    - Options : Aménagement du hangar modulable avec la configuration 3 Chasseurs ou la configuration 2 chasseurs, 2 Navettes.

    Le Normandy SR-1 étant une exception, le SR-2 est revenu plus dans les normes de l'Alliance dans sa taille. En effet, quasiment deux fois plus grand que son prédécesseur, le SR-2 se rapproche des autres modèles, bien qu'ils n'aient pas le même design. Ces derniers sont un peu plus grands, mais pas de beaucoup. Les frégates de l'Alliance sont ici couramment appelées NS en hommage aux actions du Normandy durant la Guerre contres les Moissonneurs.

    Une frégate de l'Alliance table sur sa puissance de feu et maniabilité. La classe SN est équipée d'un double canon principal, qu'il soit électromagnétique ou non, afin de maintenir une cadence de feu constante. Néanmoins, si ces derniers sont utilisés, les canons secondaires latéraux eux ne peuvent faire feu, l'énergie demandée étant très importante. Néanmoins, le GARDIA est opérationnel, permettant de se défendre tout en attaquant son objectif, un atour de taille sur les champs de bataille.

  • FREGATE DE CLASSE FANTÔME
    - Dimensions : 165m (Lo) - 25m (H) - 80m (Env)
    - Autonomie : 1 mois dans l'espace.
    - Equipage min. : 1 pilote, 15 membres d'équipage, 5 soldats affectés à la sécurité, 2 soldats d'intervention au sol. (total = 23)
    - Equipage max. : 1 pilote, 1 navigateur, 1 co-pilote, 30 membres d'équipage, 5 soldats affectés à la sécurité, sept soldats d'intervention au sol. (total = 38)
    - Cap. du hangar : 2 Navettes Kodiak, 1 Mako / 3 Navettes / 2 Chasseurs / 1 chasseur, 1 Navette.
    - Options : Aucune

    Une fois la guerre terminée, le Conseil a compris l'intérêt de posséder un vaisseau du même type du Normandy, son système furtif ayant fait ses preuves. C'est pourquoi des projets furent lancés de 2188 à 2193. De ceux-là, 2 vaisseaux pour le Conseil virent le jour, et dernièrement trois vaisseaux pour les races en faisant parti, c'est-à-dire, Humains, Turiens et Asaris, les Galariens ayant nettement moins soufferts.

    Parmi eux, le Virmire fût le premier sorti. Reprenant le design du Normandy SR-2 afin de réaffirmer la coopération entre les espèces, il est symbole d'unité. le Virmire est néanmoins plus petit que son modèle, dû en partie grâce à la miniaturisation des pièces issues de la technologie moissonneur, ces derniers ayant apporté une aide non négligeable. Il n'est fondamentalement pas plus puissant que le Normandy SR-2, mais son système furtif profite d'une plus grande durée, ce qui l'élève au rang du vaisseau le plus furtif de la Galaxie, les Galariens n'étant pas loin derrière.


  • FREGATE DE CLASSE GENEVA
    - Dimensions : 200 mètres (Lo) - 40m (H) - 95m (Env)
    - Autonomie : 1 mois
    - Equipage min. : 1 pilote, 20 membres d'équipage, 10 soldats affectés à la sécurité. (total = 31)
    - Equipage max. : 1 pilote, 1 navigateur, 1 co-pilote, 40 membres d'équipage, 20 soldats affectés à la sécurité. (total = 63)
    - Cap. du hangar : 2 Navettes Kodiak, 1 Mako / 3 Navettes / 2 Chasseurs / 1 chasseur, 1 Navette.
    - Options : Aucune standarisée.

    De conception humaine, mais basé sur un modèle galarien, la frégate de classe Geneva peut être assimilé à un navire de croisière. Elle est uniquement destinée au transport de voyageurs. Les corvettes étant utilisée principalement entre des systèmes proches des relais cosmodésiques de par leurs possibilités de transport, la frégate Geneva elle sert dans la liaison entre systèmes très éloignés des relais, permettant un transport plus important. Mais cela induit aussi un service plus confortable et des conditions de voyage plus agréables.

    C'est l'une des raisons pour laquelle elle possède sept ponts, et a un profil plus haut que la plupart des autres frégates. Tout un pont est dédié à la détente des passagers : restaurant, piste de danse, scène de spectacle, bar, billard... tout y est. Deux ponts aménagés pour le transport, avec sièges, mais aussi couchettes pour ceux qui le souhaitent, pour n'importe quelle espèce, encadrent le précédent. Les passagers embarquent d'ailleurs à ce pont là. Tout en haut se situe le pont V.I.P, dont la longue extrémité est en fait une baie d'observatoire, où les gens, même venant des classes en dessous peuvent regarder au travers.

    Juste en dessous du pont de transport inférieur prend place le poste de pilotage et la passerelle. L'espace de vie de l'équipage est juste à côté avec notamment un petit jacuzzi pour ceux qui veulent se détendre. L'arrière de ce pont est occupé par la cabine du capitaine. Un pont entier sert à l’entreposage des bagages et aux denrées nécessaires pour le voyage. La salle des machines le juxtapose ainsi que le pont du grand hangar. Celui-ci quant à lui contient plusieurs navettes, toutes prêtes à décoller s'il se passait le moindre problème. Des capsules de sauvetages sont aussi disposées tout du long de la carlingue afin de minimiser au maximum les pertes.

    Tout comme la Corvette, un système GARDIA assure la défense du vaisseau, en plus d'un système d'armement primaire étant composé d'un double canon à missile et de trois tourelles-mitrailleuses manuelles ou automatiques selon la configuration.

  • FREGATE ASARI
    - Dimensions : 240 mètres (Lo) - 70m (H) - 380m (Env)
    - Autonomie : 2 mois
    - Equipage min. : 1 pilote, 31 membres d'équipage, 10 soldats affectés à la sécurité et à l'intervention au sol. (total = 42)
    - Equipage max. : 1 pilote, 1 navigateur, 1 co-pilote, 62 membres d'équipage, 20 soldats affectés à la sécurité. (total = 85)
    - Cap. du hangar : 4 chasseurs, 2 navettes.
    - Options : Aucune.

    Comme la plupart des vaisseaux d'architecture asari, le propulseur du vaisseau est ce qui prend la majorité de la place. Situé au centre du vaisseau, en dessous du trou béant, son coeur génère une puissance beaucoup plus élevée que celle générée par les propulseurs des autres espèces. Néanmoins, ils ont besoin d'un type de carburant bien plus rare que le h-3, sans lequel l'armada Asari reste globalement paralysée. Des réacteurs auxiliaires peuvent être installés en secours, mais ils ne peuvent donner les pleines capacités.

    Ce générateur est l'une des raisons pour laquelle la frégate asari est très allongée sur sa largeur et ne possède que 5 ponts en vue de sa taille. En dehors de chasseurs, la frégate comporte des modules de sauvetage manoeuvrables sous la coque de chaque côté des ailes, prêts à être lancés au moindre problème. Le poste de pilotage et la passerelle se situent au dessus des bouches du propulseurs. L'espace de vie, les espaces de stockage et les systèmes d'armement se trouvent sur les ponts latéraux. Juste en dessous de ces ponts se trouvent les deux hangars accueillant chacun deux chasseurs et une navette.

    La frégate asari a été dessinée pour offrir un maximum de confort à ses passagers, ce qui en fait la frégate la plus spacieuse de l'espace concilien.

  • FREGATE TURIENNE
    - Dimensions : 120 mètres (Lo) - 30m (H) - 60m (Env)
    - Autonomie : 1 mois dans l'espace
    - Equipage min. : 1 pilote, 14 membres d'équipage, 10 soldats affectés à la sécurité et à l'intervention. (total = 25)
    - Equipage max. : 1 pilote, 1 navigateur, 1 co-pilote, 28 membres d'équipage, 20 soldats affectés à la sécurité et à l'intervention. (total = 51)
    - Cap. du hangar : 2 Chasseurs, 1 Navette / 2 navettes.
    - Options : Aucune.

    Les Turiens sont les seuls à posséder de petites frégates. Néanmoins, reflet de leur stratégie qui consiste à écraser l'ennemi par la force et le nombre, cela n'est pas gênant. A la différence des humains, des quariens et des galariens, ils n'hésiteront pas à exposer leurs vaisseaux dans un combat, comptant plus sur la puissance de feu que sur une frappe chirurgicale. Ainsi, les frégates turiennes n'ont généralement pas de systèmes furtifs, et possèdent un armement beaucoup plus conséquent que les autres frégates.

    Leur taille et la préférence pour l'armement fait que la frégate turienne ne possède que quatre ponts : une passerelle avec tout au bout, la cabine du capitaine, un espace de vie pour les membres d'équipage, jouxtant les systèmes d'armements, un pont de stockage et un accès à la salle des machines, et enfin le pont du hangar.

  • FREGATE GALARIENNE DE CLASSE BX
    - Dimensions : 170m (Lo) - 30m (H) - 60m (Env.)
    - Autonomie : 1 mois et deux semaines dans l'espace.
    - Equipage min. :  1 pilote, 15 membres d'équipage, 4 soldats affectés à la sécurité et à l'intervention au sol. (total = 20)
    - Equipage max. : 1 pilote, 1 navigateur, 1 co-pilote, 30 membres d'équipage, 7 soldats affectés à la sécurité et à l'intervention au sol. (total = 40)
    - Cap. du hangar : 1 chasseur, 4 Navettes.
    - Options : Inconnues.

    Cette frégate a sans doute été la première à avoir été équipé d'un système furtif, quelques dizaines d'années avant celui du Normandy. Son design permet d'affaiblir les ondes radar pour qu'elles ne se répercutent pas, et le noir qui recouvrent sa coque fait qu'il est très difficile à distinguer dans l'espace en vision directe. Deux conduits à l'avant amènent la température de l'espace à venir refroidir la majorité des systèmes. Lorsque les propulseurs subluminique sont inactifs, cela permet de se mouvoir seulement avec le réacteur SLM, qui grâce à son effet de masse, fait glisser le vaisseau avec le mouvement initié par la sortie d'hyperespace, et la chaleur de son fonctionnement est refroidit au travers de ces conduits, permettant ainsi de ne produire aucune chaleur. Evidemment, cette glissée ne peut durer qu'un temps limité de quelques heures, il faut réinitier un mouvement pour opérer un nouveau glissement.

    Cette frégate, où le système furtif à la priorité, possède quatre ponts répartis sur trois niveaux. L'arrière du vaisseau est essentiellement occupé par la salle des machines. Le premier pont qui suit au premier niveau est l'espace de vie de l'équipage, la cabine du capitaine se situant à cet endroit également. Toujours au premier niveau, mais détaché de l'espace de vie, on trouve la passerelle et le poste de pilotage. Au niveau en dessous, le pont est entièrement destiné à l'armement, la recherche et à l'entretien des systèmes de refroidissement. On accède à la salle des machines par là. Le dernier pont au niveau inférieur se compose du hangar et des soutes.


  • FREGATE GETH
    - Dimensions : 100 mètres (Lo) - 25m (H) - 35m (Env.)
    - Autonomie : 1 mois
    - Equipage min. : 1 plateforme pilote, 20 000+ logiciels, 10 plateformes d'intervention. (total = inchiffrable)
    - Equipage max. : 2 plateformes pilote, 2 000 000+ logiciels, 80 plateformes d'intervention et 4 armatures. (total = inchiffrable)
    - Options : Aménagement du hangar de transport pour vie organique.

    Répondant aux besoins de la vie synthétique, la frégate geth n'a nul besoin d'espace de vie durant son transport. Les équipements étant totalement informatisés, l'espace a été optimisé pour l'armement et le transport de troupe. Elles ne transportent pas initialement de chasseurs, ce qui fait que les navettes ne peuvent pas s'y poser habituellement. Néanmoins, depuis son ouverture avec les organiques, le Consensus s'est engagé à aménager quelques unes des ses frégates à cet usage afin de pouvoir échanger avec eux.

    Le poste de pilotage peut recevoir une plateforme si jamais il y'a besoin d'une assistance directe pour diriger la frégate.

  • FREGATE QUARIENNE
    - Dimensions : 270m (Lo) - 50m (H) - 30m (Env.)
    - Autonomie : 2 mois
    - Equipage min. : 1 pilote, 25 membres d'équipage, 10 soldats affectés à la sécurité. (total = 36)
    - Equipage max. : 1 pilote, 1 co-pilote, 1 navigateur, 50 membres d'équipage, 20 soldats affectés à la sécurité. (total = 73)
    - Cap. du hangar : 6 Navettes / 4 Navettes, 2 Chasseurs / 3 chasseur, 1 Navette.
    - Options : Aucune.

    N'ayant retrouvés leur planète d'origine que très récemment, les Quariens n'ont eu le temps de pleinement développer leur armada. Mais par rapport aux autres races, ces derniers possédaient la flotte la mieux préservée après les Galariens et les Geths. Ils ne possèdent que très peu de frégates, les vaisseaux privilégiés étant les croiseurs et les Cuirassés bio-sphériques.

    Néanmoins, celles-ci possèdent un armement non négligeable, et les cinq dernières nées possèdent un système furtif. D'après les rumeurs, il aurait été  développé grâce aux connaissances du Normandy détenues par l'amiral Tali Zorah. Même s'il n'est pas aussi efficace que ce dernier, le système quarien tromperait bien les capteurs des diverses armées des espèces, surtout les vaisseaux terminus, qui tendent à les menacer plus régulièrement.

  • FREGATE BUTARIENNE
    - Dimensions : 230m (Lo) - 30m (H) - 80m (Env.)
    - Autonomie : 1 mois
    - Equipage min. : 1 pilote, 35 membres d'équipage, 10 soldats affectés à la sécurité. (total = 46)
    - Equipage max. : 1 pilote, 1 co-pilote, 1 navigateur, 70 membres d'équipage, 20 soldats affectés à la sécurité. (total = 93)
    - Cap. du hangar : 4 Navettes / 3 Chasseurs / 1 chasseur, 2 Navette.
    - Options : Aucune.

    Ka'hairal Balak, le nouveau chef de l'Hégémonie Butarienne, relança aussitôt le développement de frégates pour regonfler les rangs de ses flottes spatiales, afin de montrer aux autres races le retour sur la scène galactique des Butariens.

    Véritable forteresse volante, la Frégate Butarienne, appelée communément par ses occupants " La Déferlante", est très puissante, pouvant rivaliser avec les frégates Turiennes. Néanmoins leur manoeuvrabilité n'est pas leur point fort. Mieux valent pour elles de détruire rapidement leur ennemi avec un armement à cadence rapide et possédant une puissance de feu considérable plutôt que d'engager le combat sur le long terme. En cela elles se rapprochent un peu des caractéristiques d'un destroyer.

    Les caractéristiques notables de la frégate butarienne sont son long pont d'armement qui impressionnerait n'importe qui, et instillerait la terreur dans les équipages de vaisseaux civils. Tout au dessus, le pont de commandement permet d'avoir une vision d'ensemble du combat et de pouvoir admirer le spectacle par une large baie vitrée. La singularité de cette frégate est qu'au même niveau se trouve le hangar, dont les vaisseaux sortent par l'arrière, étant de cette manière couvert par le feu nourri que produirait les rangées de canons latérales. Le coeur du vaisseau se situe en dessous et alimente la plupart des systèmes, dont la priorité est donnée aux systèmes d'armement, la propulsion passant en secondaire. Les Butariens n'ont pas de canon accélérateur de masse, utilisant des moyens plus conventionnels, moins sophistiqués, mais tout aussi redoutables.

    Le Destroyer


    Premier vaisseau appartenant à la classe lourde, le Destroyer met un point d'honneur à être un vaisseau de pointe, misant principalement sur un armement conséquent et à un blindage accru. Néanmoins, comme les Cuirassés, ils sont très difficile à manoeuvrer, ce qui en fait des vaisseaux efficaces pour un bombardement ou une bataille rapide, mais obsolètes sur des batailles spatiales à long terme.

    Les Destroyers mesurent entre 350 et 500 mètres de long. Certains d'entre eux sont utilisés comme base par leur propriétaire, étant donné les possibilités qu'ils offrent. Des mercenaires l'utilisent comme vaisseau de commandant pour s'affirmer auprès des autres groupes rivaux. Néanmoins ce type de vaisseau n'est pas très répandu, n'étant pas utilisés à proprement parler dans les différentes armées, bien qu'elles en possèdent certains. Ce sont souvent des armateurs privés, étant sur Illium, qui les développent et les vendent au plus offrant. Ces mastodontes possèdent une dizaine de ponts.

  • DESTROYER DE CLASSE SHADOW
    - Dimensions : 420m (Lo) - 90m (H) - 300m (Env)
    - Autonomie : 3 mois dans l'espace
    - Equipage min. : 1 pilote, 24 membres d'équipage, 10 soldats affectés à la sécurité et à l'intervention.  (total = 35)
    - Equipage max. : 1 pilote, 1 navigateur, 1 co-pilote, 150 membres d'équipage, 22 soldats affectés à la sécurité et à l'intervention. (total = 175)
    - Cap. du hangar : 10 Navettes, 5 chasseurs, 2 Mako et un Hammerhead
    - Options : Aucune.

    Ce modèle, rendu célèbre par le Courtier de l'Ombre, n'est pas très répandu. Néanmoins, il représente bien les nécessités et les standards d'un destroyer. Même s'il peut être dirigé avec un équipage réduit, il faudrait un bon nombre d'I.V. pour aider à la manoeuvre et à la manutention.

    Possédant un propulseur très puissant pour pouvoir rester dans l'atmosphère d'une planète durant une longue période, le Destroyer de classe Shadow possède aussi un armement conséquent selon sa configuration. Néanmoins, il vaut mieux pour lui d'éviter un combat, de par sa difficulté à le manoeuvrer. Juste au dessous de son canon principal se trouve le hangar, permettant ainsi une couverture efficace lors de la sortie des navettes ou de son escadron de chasseurs.

    L'aménagement intérieur étant à la commande de chacun envers les chantiers d'Erel Hirya, les données de l'aménagement intérieur n'ont pas été communiquées.

    Le Porte-Chasseur

    Le Croiseur

    Le Cuirassé




  • Revenir en haut Aller en bas
    http://me-loststories.forumactif.com
     

    CODEX : Les Vaisseaux

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

     Sujets similaires

    -
    » CODEX DES VAISSEAUX
    » [VENTE] Divers : Codex , Rackham , GW , JDR ...
    » The flying orks > un codex pour une liste d'ork volants
    » Codex Apocalypse
    » Le futur prochain codex orks

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Mass Effect : Lost Stories RPG :: Codex-